Seance

Seance individuelle

Thérapie coaching en ligne

Ne nous voilons pas la face ! Selon le milieu auquel appar-tiennent les clients, l’un des termes est à la mode, l’autre est suspect. Si vous êtes manager.

c’est sain d’avoir recours à un coach pour faire face à une situation professionnelle difficile. Si vous êtes travailleur social, il est de bon ton qu’en plus de votre supervision, vous alliez faire un tour chez le psy pour éclairer vos zones d’ombre !Thérapie coaching en ligne

Si l’on s’en tenait aux simples questions de vocabulaire, on pourrait croire que nous confrontons là deux approches très différentes de l’accompagnement de la personne.

5Le terme coaching vient du monde du sport : le coach c’est l’entraîneur (1)[1]Le coaching est ici envisagé comme une démarche…. Le terme Thérapie coaching en ligne s’apparente alors à l’entraînement et nous rapprocherait davantage du comportementalisme que de nos racines phénoménologiques.

Entraîner la personne certes, et pourquoi pas lui faire revivre spontanément ce sentiment d’autonomisation personnelle ? Il est clair que dans notre pratique gestaltiste, le travail de l’awareness demande au patient de s’exercer et même de s’entraîner.

Il est possible, selon le point de vue, d’opposer radicalement ou de trouver des passerelles entre ces deux pratiques que sont le coaching et la psychothérapie.

La frontière entre la psychothérapie et le coaching me semble dépendre de trois critères fondamentaux :

  • la précision de la demande de celui qui consulte par rapport au cadre fixé,
  • la posture de celui qui est en face,
  • le processus d’accompagnement au regard des questions de cadre et de champ.
LA DEMANDE

7Une problématique (conflit, dépendance, stress, somatisation, angoisse), ou une situation qui lui échappe (séparation, chômage, deuil) pousse le client à appeler. La demande – mis à part aller mieux – n’est pas forcément très claire et très aboutie. Toute une partie du travail sera donc de se concentrer sur cette demande.

8Qu’est-ce qui fait que « ce n’est plus supportable » aujourd’hui ? Cette demande est-elle vraiment personnelle ou soufflée par un(e) autre ? Quels sont les liens que cette démarche ouvre avec d’autres problématiques, d’autres situations, d’autres personnes de mon histoire ? Enfin quelles perspectives de changement va entraîner cette demande ?

10Si la demande est claire – gérer une problématique de harcèlement par exemple – la réponse socialement admise est d’entamer un coaching : on écoute le client dans ses difficultés, ses peines et ses douleurs et on l’accompagne pour faire évoluer la situation.

Toutefois on entre ici dans une problématique relationnelle reliée à d’autres expériences d’abus vécues dans le passé. Faut-il ouvrir la porte sur cette problématique plus enracinée ? La pratique alors se complexifie : le coach bien intentionné va-t-il accompagner son client dans une étape de travail personnel constructive au risque de ne pas être formé ou disponible pour ?

Thérapie coaching en ligne Ou bien le laisser seul régler sa problématique, comme cela a pu être déjà le cas dans le passé, et renforcer alors un processus névrotique en créant davantage de mal-être ? On voit dans ce cas que la question n’est pas si facile à trancher : le traitement de la demande ouvre sur un long processus que client et coach n’ont pas prévu de poursuivre.

11Autre exemple : un artiste vient me consulter en coaching pour ses difficultés à se préoccuper des questions matérielles. Mais la première séance ouvre déjà une porte sur une problématique à traiter dans un cadre plutôt psychothérapeutique :

Author:

Translate »